CHANSONS CONTRE !


©Zélie Chalvignac
©Zélie Chalvignac

Distribution :

compositions, arrangements, mise en scène, chant

chant

batterie, percussions

saxophones

guitare électrique

ingénieure du son

régie générale, mise en lumière


Chansons « contre », c’est d’abord un album de Marc Ogeret, paru en 1968 : une anthologie de la chanson anarchiste et socialiste autour des années 1900. Il est vrai que les combats idéologiques étaient particulièrement virulents dans ces années de séparation de l’Église et de l’état, 30 ans après la Commune, 15 ans avant la révolution bolchévique…

 

Être contre, c’est un peu une spécialité française : ne pas se laisser marcher sur les pieds. Pas forcément pour proposer autre chose, mais pour signaler sa présence à l’exploiteur, à l’arnaqueur, à l’imposteur potentiel. Dans quel autre pays mobiliserait-on si souvent des centaines de milliers de personnes pour protester ?

 

Aller « contre » aujourd’hui, en ces années où les idées s’affrontent plus secrètement, plus sournoisement peut-être, c’est non seulement prolonger ce répertoire contestataire, mais explorer aussi des pistes sémantiques plus inattendues : le contre-courant, le contre-sens.

 

Aller contre l’évidence, contre le réel aussi, qui nous a si souvent déçu. Éclairer le réel d’un « contre » (comme on le dit au théâtre), par derrière, pour qu’il apparaisse sous un jour nouveau.

 

Procéder en contre, tout amateur de sport collectif le sait, c’est attendre l’adversaire, ne pas chercher à le dominer, l’épuiser en lui opposant un mur d’indifférence et lui porter une estocade rapide au moment opportun. 

 

Comment ne pas songer au merveilleux Mourir pour des idées de Brassens, qui feint d’apporter de l’eau au moulin des idéologues mortifères en les taclant d’un terrible : d’accord, mais de mort lente ?

 

 

« L'idée directrice du spectacle, en ce qui concerne sa structure et donc, sa mise en espace, est une simple combinatoire : nous sommes cinq sur scène, il existe donc dix possibilités de duos, que nous multiplions par deux pour obtenir vingt chansons. Chacune de ces chansons sera donc incarnée par un couple mis en avant d'une façon ou d'une autre (musicale, vocale, géographique, chorégraphique) et dans deux rapports inverses (dominant / dominé, lointain / proche, accompagnant / accompagné, etc…).

 

» C'est notamment dans ce rapport que l'ambiguïté du contre (à côté de ou opposé à) sera explorée : engueulade face-à-face, déclaration d'amour dos-à-dos, alignés contre un mur, seuls contre tous… »

 

Vincent Bouchot

 

 

Un répertoire uniquement en français, qui s'organisera en catégories telles : des chansons engagées, chansons dégagées, des chansons bêtes et méchantes ou des chansons contre le réel…

 

Le projet Chansons contre ! bénéficie du soutien en coproduction de Césaré, Centre national de création musicale de Reims, et de la Cité de la Voix, Vézelay.

 

 

 

Durée prévue du spectacle : 1h15, sans entracte

Création : 20 février 2021 - La Scène Ernest Lambert / le Trait d'Union (CC Ouest Vosgien)

Production XXI.n

Coproducteurs : Césaré CNCM (Reims) – La Cité de la Voix (Vézelay)

Coproducteur à confirmer : Le Théâtre d'Auxerre

Pré-achats annoncés : 

L'Embarcadère (Montceau-les-Mines)

Conservatoire Nadia et Lili Boulanger (Noisy-le-Sec)

Why-Note, saison Ici l'Onde (Dijon)

 

 


Vidéos

La Butte Rouge

septembre 2020

Réalisation : Zélie Chalvignac

Prise de son, mixage : Anaïs Georgel

 


J'aime pas les Rhododendrons

mai 2020

Réalisation : Zélie Chalvignac

Prise de son, mixage : Anaïs Georgel

 


Documents à télécharger

Télécharger
Chansons contre ! - Dossier de diffusion - XXI.n
Chansons_Contre_Dossier_de_diffusion_XXI
Document Adobe Acrobat 6.8 MB

Galerie Photos

Photos du clip La Butte Rouge

©Zélie Chalvignac

Photos du tournage du clip J'aime pas les Rhododendrons

©Nathalie Duong

nous suivre

nous écouter

nous voir